Agriculture et politique environnementale :
une trajectoire désastreuse à modifier d’urgence !

Retour sur l’action menée par la FDSEA et les JA de la Somme, ce vendredi 21 janvier 2022, Place Gambetta à Amiens

La ville d’Amiens accueille depuis ce jeudi 20 janvier et jusqu’à ce jour (samedi 22 janvier), les Ministres de l’environnement des 27 pays de l’Union Européenne en préparation du Conseil sur l’environnement des 6 et 7 mars prochains.

Et qui dit environnement, dit bien souvent Agriculture !

Or, la politique environnementale menée jusqu’à ce jour a conduit, entre autres, en 10 ans à :  

  • La disparition, dans la Somme de 471 exploitations laitières alors que la consommation des Français, elle, est restée stable !
  • La disparition de 212 éleveurs bovins dans la Somme !
  • Une baisse, en France, de la production de volailles (-5%) alors que les consommations des Français ont augmenté de + 20% !
  • Une augmentation des surfaces et donc de la production de pommes de terre de +15% (63% des pommes de terre étant produites dans les Hauts-de-France), alors que la transformation, elle, n’a pas évolué !

Bilan : Aujourd’hui, 33% de la volaille consommée par les Français n’est pas française, 26% pour le porc, etc => La France est devenue importatrice nette de produits agricoles. NOUS NE MANGEONS PLUS FRANÇAIS !

Face à cette politique environnementale qui mène, aujourd’hui, les agriculteurs devant une réglementation excessive, inadaptée et contreproductive qui en réalité se résume en contraintes, interdictions, sanctions et disparitions. Nous (FDSEA et JA) posons donc la question suivante : Quel avenir pour nos exploitations agricoles ?

Du lait, des œufs, des pommes de terre et des poireaux produits sur le département de la Somme ont été distribués au grand public ce vendredi, avec comme slogan : « Seront-ils les derniers ? »

Nos demandes :

  • Nous appelons à un virage rapide et complet de stratégie et de politique, pour réaligner les objectifs politiques en matière d’environnement et de production agricole.
  • La France doit également arrêter de vouloir laver plus blanc que blanc en surtransposant et durcissant les règles environnementales fixées par l’Europe.
  • Une application cohérente de la réglementation.
  • Et, une reconnaissance de l’ensemble des démarches de progrès déjà menées sans l’attente de nouvelles réglementations et l’adaptation de nos pratiques.

Agriculture et environnement NE SONT PAS INCOMPATIBLES. La politique environnementale menée doit permettre de garantir une alimentation de qualité, en abondance suffisante, un environnement durablement préservé et équilibré, des emplois et un cadre de vie possible dans les territoires ruraux.

L’Agricultrice est porteuse de solutions en matière environnementale, notamment en matière de production d’énergies renouvelables, la captation de carbone, la préservation de la biodiversité, mais aussi l’entretien des paysages !

Ont affiché leur soutien, par leur présence et/ou leur prise de parole ce jour-là : Stéphane HAUSSOULIER, président du Conseil Départemental – Jean-Claude Leclabart, député de la 4ème circonscription de la Somme – Laurent Somon, sénateur de la Somme – Denis Pype, président de la Commission régionale de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et François Ruffin, député de la 4ème circonscription de la Somme.