Action communication pour l’UPLP

Valentin Crimet avec Donovan et Benoît sensibilisés à la cause des éleveurs laitiers ( Photo Laurence Malaurie)

En 2019, suite à l’adoption de la loi EGAlim, une première marche de revalorisation du travail des
éleveurs français s’était engagée. La seconde devait suivre en 2020. Force est de constater que ça n’a pas était le cas. C’est d’autant plus rageant qu’il n’y a aucune raison économique avérée, la crise sanitaire ayant eu des impacts positifs sur la consommation française en produits laitiers. Nous appelons donc à l’application pleine et entière de la loi EGAlim.
Nous appelons les autres collèges de la filière laitière à respecter les engagements pris. De plus, les négociations commerciales entre les transformateurs et les distributeurs, qui ont lieu en ce moment et jusqu’au 1er mars, sont cette année particulièrement tendues. La grande distribution pousse à la déflation, en ne prenant pas en compte la hausse des coûts de production des éleveurs. Elle continue son travail de sape de l’élevage et du territoire rural.

A la demande de la FNPL, le samedi 30 janvier et mercredi 3 février, les membres du bureau de l’UPLP (Union des Producteurs de Lait de Picardie) se sont rendus à Hyper U Abbeville et Intermarché Amiens Sud pour interroger les consommateurs sur le prix des produits laitiers.

Le sujet des discussions : « Êtes-vous prêt à payer vos produits laitiers quelques centimes de plus par produit pour que les éleveurs soient rémunérés dans le respect de la loi EGAlim et donc puissent vivre de leur travail ? Et bien les réponses sont invariablement les mêmes : OUI !!! Et ils précisent souvent si l’argent revient aux producteurs !!

Suite à notre communiqué de presse, cette action a été suivie par le Courrier Picard, France Bleu Picardie et L’Action Agricole Picarde.

On vous emmène à la rencontre des consommateurs avec la vidéo de la FNPL comportant différents témoignages dont ceux de la Somme :