Les ministres ouvrent le chantier de la réforme 2020

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

La réforme de la Pac post 2020 est lancée. Lors du Conseil des ministres des 30 et 31 mai, Stéphane Le Foll a présenté les priorités françaises, et notamment la mise en place d’une épargne individuelle obligatoire.

Les vingt-huit ministres de l’Agriculture réuni en Conseil informel, les 30 et 31 mai à Amsterdam, ont lancé les premières discussions sur l’avenir de la politique agricole après 2020. «Ce n’est qu’un point de départ des discussions», qui devront se poursuivre sous les prochaines présidences, a indiqué Martin Van Dam, le ministre néerlandais de l’Agriculture, qui assure la présidence du Conseil jusqu’à la fin juin. Alors que la précédente réforme adoptée en 2013 a du mal à se mettre en place (le solde des aides 2015 n’a pas encore été versé) et que les dispositions qui ont été décidées à l’époque ne manquent pas d’interpeller sur une politique qui a démantelé les principaux outils de régulation.
La crise laitière actuelle en est le cruel exemple. La fin des quotas laitiers, en avril 2015, a été mal anticipée par les producteurs et les transformateurs qui ont continué d’augmenter leur production en dépit de la saturation des débouchés, le recul des achats chinois et l’embargo russe. Les Pays-Bas, qui jugent la Pac actuelle trop coûteuse et trop bureaucratique, ont présenté un document d’une dizaine de pages pour cadrer le débat. Celui-ci plaide pour une approche «de simplification et de dérégulation» afin de réduire les charges administratives qui pèsent sur les agriculteurs. Il persiste aussi à vouloir donner une orientation libérale.
Aucune leçon n’est retenue de la crise actuelle. Le document pose d’ailleurs la question de savoir si la crise du lait et du porc «peut vraiment être appelée une crise», ou si la situation actuelle n’est pas la résultante du comportement des opérateurs qui ne réagissent pas aux signaux des prix pour ajuster leur production. La question est également posée de savoir si la Pac doit continuer à soutenir avant tout les revenus des agriculteurs ou si elle doit intégrer d’autres dimensions.

Innovation et continuité
De son côté, la France a été le seul pays à présenter une contribution écrite. Le moins que l’on puisse dire est que Stéphane Le Foll ne s’inscrit pas dans les orientations des Pays-Bas. Ainsi, il a expliqué que la réflexion française se voulait novatrice, sans pour autant prôner «un démembrement de la Pac». Son document, en sept pa - ges, prévoit notamment une «mesure d’épar gne de précaution », obligeant les agriculteurs à mettre de côté les bonnes années une partie des aides directes qui serait mobilisable les années difficiles. Cette disposition remplacerait la réserve de crise du budget européen et donnerait à la Pac un caractère «contracyclique».
Cette mesure viendrait en complément des dispositifs existants pour couvrir les risques climatiques et sanitaires et d’outils à créer ou à développer pour prendre en charge les aléas économiques (assurance chiffre d’affaires, ré - colte ou mécanisme de stabilisation des revenus). Pour le reste, l’approche française est plus traditionnelle en ce sens que le mi - nistre s’est prononcé sur la consolidation du paiement redistributif, ainsi que sur le maintien des aides couplées pour «soutenir de façon ciblée certaines filières fragiles, émergentes ou vertueuses».
Il est également précisé que le soutien aux investissements «doit être renforcé et mieux ciblé», en particulier sur les projets collectifs et les projets permettant de «combiner performance économique et environnementale». Sur ce sujet, d’ail leurs, le ministre préconise une nouvelle approche du verdissement par l’ajout d’un quatrième critère obligatoire portant sur la couverture des sols, un soutien renforcé à l’agriculture biologique, à l’autonomie fourragère des élevages et à la compensation des handicaps naturels. D’une façon générale, le ministre estime que toutes ces mesures environnementales doivent être simplifiées et adaptées à la réalité du terrain.
Plus concrètement, il propose de passer «d’une politique d’obligation de moyens à une politique de contrat sur des objectifs et des résultats». Enfin, le ministre n’oublie pas non plus que l’élaboration de la nouvelle Pac résidera aussi dans l’optimisation d’outils existants pour favoriser une meilleure structuration des filières, le renforcement de l’organisation collective et des outils de régulation du marché et de gestion des risques.

Michel Bourdoncle

Lait : un nouveau plan européen à l’étude
En marge du Conseil européen sur l’avenir de la Pac, la crise laitière s’est invitée au menu. Les ministres se sont donnés jusqu’à la fin juin pour évaluer les mesures qui ont été débloquées depuis l’été dernier et pour décider d’un nouveau dispositif. «Nous allons faire le point sur la situation à la fin du mois de juin pour voir si les mesures fonctionnent. Si ce n’est pas le cas, nous verrons comment nous pourrons les améliorer», a observé Phil Hogan, le commissaire européen à l’agriculture. «Il n’y a pas toujours besoin d’argent pour améliorer la situation», a-t-il ajouté. Les aides débloquées en septembre dernier n’ont pas encore été intégralement utilisées par certains pays, notamment la France. Stéphane Le Foll a insisté, pour sa part, pour que les aides européennes soient accordées aux producteurs qui réduisent ou stabilisent leur production. La France, l’Allemagne, la Pologne, l’Italie et la Belgique devraient présenter des propositions en ce sens lors de la prochaine réunion, fin juin.

Toutes les émissions dans la médiathèque