Editorial du 21 octobre 2016

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Produire, et pas que des idées...

La FAO (l’Organisation des Nations- Unies pour l’agriculture et l’alimentation) a estimé dans un de ses derniers rapports que l’enjeu planétaire sur les plans alimentaires et environnementaux reposait sur trois piliers : stopper la déforestation, valoriser mieux l’interculture, et intensifier la production agricole destinée à nourrir la planète. Quand on connaît la FAO, l’utilisation du terme «intensifier la production» a dû être mûrement réfléchie, car les inégalités sont grandes à l’échelle de la planète, tant entre les niveaux de productivité agricole des différentes agricultures, qu’entre la possibilité pour les peuples de se nourrir à leur faim. La FAO considère non seulement que produire plus et produire mieux sont compatibles, mais que de surcroît c’est nécessaire et même vital. La hauteur de vue de la FAO est indiscutable... mais malheureusement, certains en France considèrent sans doute que cette institution n’est pas crédible, tant le mot «produire» est devenu un mot à bannir. Baisser coûte que coûte la production nationale, voilà le credo d’une partie des dirigeants et de leurs cercles, quelles que soient les conséquences économiques, sociales, et même humaines, tant notre métier perd son sens. On en est à favoriser sous le label «développement durable» ou «commerce équitable» des circuits qui vous donnent bonne conscience à 10 000 kilomètres, sans se poser la question de l’impact du transport ou de la disparition des emplois locaux. La FAO pose comme paramètre de l’équilibre mondial le fait de produire significativement partout, ni plus, ni moins. Alors de grâce, dans une campagne qui s’annonce pour laquelle le seul terrain de jeu sera l’hexagone, essayons de garder la même hauteur de vue. Un ancien président disait «en France, on n’a pas de pétrole mais on a des idées». Si l’idée de produire pouvait prendre le dessus sur le fait de produire des idées, on avancera plus loin.

Toutes les émissions dans la médiathèque