Editorial du 26 février 2016

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Déboussolés

FancoiseQui n’a pas ce sentiment aujourd’hui ? Entre chacune de ces forces, nous sommes écartelés ! Non seulement nous sommes écartelés, mais pire, nous ne les comprenons plus : la société fait la France, qui constitue un des leaders européens et un acteur majeur dans ce monde. Logiquement, tout devrait être en phase, mais là, non ! Notre métier devrait symboliser une forme de synergie, d’harmonie entre ces tendances. Nous occupons le territoire, nous nourrissons le monde, la Pac est la première politique européenne, notre agroalimentaire un pilier du commerce extérieur, et à l’échelle mondiale, nous savons que l’accès à la nourriture est le premier gage de développement et de paix. Malgré tout cela, nous sommes en manque de repères, et nous cherchons notre place. Résister à ces tendances est une nécessité aujourd’hui. Mais à quoi bon résister si on ne sait pas, à terme, pourquoi on se bat, vers où on va ; bref, si on n’a pas de sens. Nous cherchons tous le sens de notre métier aujourd’hui. C’est pour cela qu’entre nous, durant un huis-clos exceptionnel, mardi matin, nous en parlerons librement. Et que, l’après-midi, avec Claude Soudé, directeur adjoint de la Fop en charge des relations internationales, avec Sabine et Bernard Godart, journalistes et documentaristes indépendants, nous y réfléchirons. Alors, je compte sur un maximum de participants ce mardi et, ensemble, nous tiendrons bon !

Françoise Crété Présidente de la FDSEA

Toutes les émissions dans la médiathèque