Editorial du 10 mars 2017

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Se former pour exister

Les Salons agricoles Sia et Sima ont fermé leurs portes, et ce qu’on a pu y voir, y entendre, y vivre interpelle notre profession quand on prend un peu de recul. La vitesse à laquelle notre métier évolue est vertigineuse, l’attente de la société visà- vis de nos pratiques est forte, et nos outils professionnels, que ce soit nos exploitations ou nos outils collectifs sont de plus en plus complexes à gérer. Non seulement la formation initiale ne suffit plus à réaliser sereinement une carrière, ce qui a toujours été le cas, mais même l’expérience quotidienne ne parvient plus à elle seule à nous maintenir «au top». Notre profession, à tous ses étages, aura besoin plus que jamais de formation régulière : pour se munir des nouveaux outils de production, pour apprendre de nouvelles compétences, achat, vente, transformation… pour piloter au mieux nos propres exploitations ou les structures collectives, et pour apporter au-dessus de tout cela le sens global du collectif. Pour chaque sujet, il y a et il y aura des besoins de formation. Nous avons entendu partout que l'agriculteur sera le maillon fort du développement économique et territorial dans les années à venir, mais encore faut-il que lui-même n'ait pas de faiblesse. Se former, ce n’est pas faire le constat qu’on a une lacune, c’est faire le choix d’investir sur le meilleur de chacun, à savoir sa compétence et sa qualité humaine. Individuellement et collectivement, c'est faire le choix de se renforcer, non pas pour se préparer à l'avenir, mais pour le bâtir !

Françoise Crété Présidente de la FDSEA

Toutes les émissions dans la médiathèque